Maladie de Lyme

Voici un dossier spécial sur la maladie de Lyme : la maladie dite des tiques, ces petites bêtes qui s’accrochent à nous.

Pourquoi ce dossier spécial ? Bien parce que nous l’avons attrapée tous les trois, que cette maladie est une vraie plaie avec parfois de graves conséquences, si traitée trop tard. Cette maladie est peu connue, même malheureusement des médecins, laboratoires d’analyses, et donc pas ou mal traitée.

J’ai donc envie de partager avec vous le fruit de nos recherches et rencontres. C’est surtout moi qui ai été la plus malade, de février 2008 à début 2010 pour le plus gros de la maladie et avec toute la panoplie des symptômes. La période la plus dure fut de mars à juin 2008, où j’ai cru mourir. Après un parcours médical typique des malades de Lyme, (je suis allée de médecins en médecins, de spécialistes en spécialistes (orl, cardiologue, allergologue. J’ai même fini par voir un psy puisque presque tous me disaient que c’était psychosomatique…) nous avons été diagnostiqués beaucoup trop tardivement pour bénéficier des antibiotiques : ils sont préconisés dans le 1er mois, ensuite c’est trop tard (cela permet des accalmies, cela arrache parfois à la mort dans les cas très graves mais pas de guérison).

La très grande majorité des médecins ne connaissent pas d’autres traitements que les antibiotiques, et donc disent que c’est incurable et qu’ils soigneront les symptômes au fil de leurs apparitions… Pourtant il existe d’autres traitements, des traitements aux plantes, aux huiles essentielles, et qui sont très efficaces, même sur des contaminations anciennes et qui conduisent à la guérison dans la plupart des cas.

—————————

ATTENTION : Avant-propos

Certaines personnes me demandent de poser un diagnostic ou de leur prescrire un traitement ou de leur transmettre des coordonnées de médecins. Je rappelle que je ne suis pas médecin : en aucun cas, je ne vous poserai de diagnostic ou de traitement.

Je peux juste vous parler de mon expérience, et vous transmettre les informations que le Dr Nord m’a transmises sur lyme et l’aromatic et les informations que j’ai reçues sur lyme suite à mes recherches et diverses rencontres.

—————–

Qu’est ce que lyme ?

La maladie de lyme s’attrape couramment par les tiques. Mais, en fait, les études montrent qu’on peut l’attraper par voie sexuelle, fœtale, allaitement. Les acariens, les poux en sont aussi porteurs. La maladie de Lyme est aussi appelée « la grande imitatrice ». Elle touche tous les systèmes : articulaires, peau/muqueuse, système nerveux central et végétatif. La maladie de Lyme est une parasitose.

Les symptômes courants :

  • état grippal (au début)
  • parfois érythème migrant (30% des cas)
  • douleurs articulaires / musculaires / le long des nerfs
  • douleurs faciales
  • troubles de la vue
  • essoufflement
  • problèmes ORL et pulmonaire chroniques
  • problèmes cardiaques : extrasystole, arythmie
  • troubles de la tension : alternance hypo et hypertension.
  • troubles gastriques et digestifs
  • problèmes de peau : érythèmes migrants, eczéma, mycoses, granulome annulaire
  • troubles de l’attention, hyperactivité, troubles de la mémoire
  • troubles de l’humeur, irritabilité, hyper sensibilité, pseudo état dépressif
  • troubles hormonaux, symptômes de ménopause, seins douloureux, règles rapprochées ou inexistantes, douleurs ovariennes, bouffées de chaleur, transpiration excessive….
  • paralysie faciale (notamment chez les enfants)
  • troubles autistiques (surtout chez les enfants)
  • sensibilité aux ondes électromagnétiques
  • allergies et notamment allergies alimentaires
  • diagnostics pseudo Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaques, symptôme fatigue chronique…

Il faut différencier la lyme américaine de la lyme européenne – les bactéries incriminées diffèrent :

  • lyme américaine : B. burgdoferi et s stricto
  • lyme européenne : B Afzelli – Garinii – Spielmanii – B. Burgdoferi

la B. Burgdoferi et la Spielmanii touchent les articulations

la B Afzellii touche la peau et les muqueuses

la B. Garinii touche le système neurologique

De nombreuses personnes sont porteuses de Lyme sans le savoir et vivent très bien avec. Les bactéries étant en état de veille dans leur corps. On pourrait dire qu’elles sont ‘porteur sain’. Il suffit d’une baisse de l’immunité et hop, la borreliose va se disséminer dans le corps causant nombre de troubles plus ou moins graves, selon votre prise en charge rapide ou non, votre système immunitaire.

Diagnostic

Malheureusement, de nombreux médecins français connaissent mal cette maladie, et de fait ne la diagnostiquent pas ou tardivement. En plus, Lyme est appelée aussi « la grande imitatrice » car elle peut faire penser à tout un panel de maladies (fibromyalgie, sclérose en plaque, fatigue chronique, etc)

Déjà, la plupart se fient au fameux érythème migrant : cette tâche rouge qui grossit grossit autour de la morsure de tique. Pourtant, cette fameuse tâche n’apparait que dans 30% des cas !

Aussi, bien souvent, devant une personne qui se plaindra des multiples troubles détaillés plus haut, de nombreux médecins vous étiquetterons de malades psychosomatiques…. En France, quand on ne trouve pas les causes des troubles, c’est forcément psy…

La plupart des malades de Lyme, ont un parcours médical se ressemblant : ils vont de médecins en médecins, souvent étiquetés « malade psychosomatique », ou Symptôme Fatigue Chronique, fibromyalgie ou SEP…. Ils font le tour des ORL, cardiologues, gastro-entérologues, allergologues, neurologues…. sans résultat.

Ensuite, si les médecins ont un doute de maladie de Lyme, ils prescrivent d’abord le test de lyme « elisa » . Si celui-ci est positif, les médecins prescrivent alors le western blot.

Il est important de savoir que bien souvent le test Elisa donne des faux négatif. Il importe donc de faire le test western blot en même temps que le test Elisa. Aussi La plus part des laboratoires d’analyse français font les tests Elisa et Western blot avec le kit américain (cerpa pasteur) et donnent alors beaucoup de faux négatifs puisque ces tests ne recherchent que les bactéries américaines. Alors qu’une seule bactérie est commune !!

Le laboratoire d’analyses Viviane Schaller à Strasbourg fait le test elisa et western blot avec le kit all diag (allemand). Ce test recherche les borrelias européennes. Afin de pouvoir interpréter ces résultats, il est essentiel de connaitre le test lui même et Lyme. Le résultat des points totaux pris seul ne veut rien dire.

Il existe d’autres – rares – laboratoires faisant ces test ci.

Au moindre doute de Lyme, parlez-en avec votre médecin et demandez-lui une prescription sérologie de Lyme Elisa ET western blot. Ensuite, allez (ou faites parvenir votre tube sanguin) dans un laboratoire qui pratique le western blot all diag (recherche des bactéries européennes). Ainsi vous serez certains de ne pas passer à côté d’une borreliose non détectée, et d’avoir un test fiable et détaillé. Cette méthode ALL DIAG est un test allemand recherchant les souches européennes de Lyme contrairement aux tests habituels qui sont faits avec des souches américaines de Lyme.

Ensuite, voyez avec votre médecin quel traitement mettre en place. Sachez que les traitements aux HE sont compatibles avec les antibiotiques.

Et si votre médecin dit que vous êtes incurable car c’est trop tard pour les antibio (ce que j’ai entendu pour moi) : c’est faux !! Des traitements naturels, tels que ceux cités plus haut, sont très efficaces et sans tous les effets néfastes en prime des antibio. Si votre médecin ne veut pas en entendre parler, cherchez un médecin qui lui écoutera, se renseignera dessus et vous suivra si vous décidez de les prendre. Les homéopathes ou naturopathes sont en général assez ouverts, mais il en existe chez les allopathes, heureusement !

Au vu des infos que j’ai pu lire, de mon docteur perso, d’un médecin allopathe ‘pro antibio’, que j’ai consulté pour avoir son avis : les antibio pour lyme ne sont donnés que rapidement après la piqûre de tique, sinon ensuite c’est trop tard, et ils ne servent plus à rien. Certains médecins prescrivent les antibiotiques même sur des anciennes contaminations. Le souci aussi des antibio est qu’ils créent des résistances et abaissent les défenses immunitaires en abîmant la flore intestinale. Par contre, dans les cas les plus graves, ils peuvent sauver la vie, sans pour autant guérir de lyme définitivement. Quoi qu’il en soit, quelque soit le traitement que vous prenez, il est important à mon sens d’être suivi par un médecin en qui vous avez confiance, avec qui vous pouvez parler ouvertement de vos doutes, vos recherches sur la maladie, des traitements autres que ceux qu’il vous propose etc.

Faites tourner l’info. C’est important d’informer. Perso j’ai fait tout un dossier pour la 10aine de docteurs qui soit ne m’ont pas pris au sérieux, soit sont passés à côté par manque d’info.

Les Traitements

  • En médecine allopathique : Normalement, on prend un traitement antibio lourd – par voie orale ou piqûre. Ce traitement doit être pris directement après piqûre de la tique. En pratique, le traitement antibio est peu efficace. Les borellia (bactérie lyme) ont la particularité de se cacher dans des organes lors de l’attaque antibio et ressortent se balader plus ou moins longtemps après ? D’où les 2ème test après antibio souvent négatifs alors que encore malade…. Pour les vieilles contaminations : rien à faire, juste à subir la maladie et être soigné pour les symptômes. L’antibiotique est plus efficace si administré tôt : dans le mois qui suit la piqûre, voire dès les 1ères heures. C’est ce que plusieurs médecins allopathes m’ont dit. Certains médecins partent tout de mêmes sur des antibio thérapies durant plusieurs années.
  • En traitement « naturel » (homeo, phyto, aromathérapie) : Il existe différents traitements naturels, éprouvés.
    • Le TIC TOX : Il est très efficace, même sur des anciennes contaminations et des gens où les antibio n’ont pas fonctionné. Le traitement est de 6 mois minimum, mais souvent de plusieurs années (1 à 2 ans) – En même temps que le tic tox, il faut prendre un drainant reins/foie et un désacidifiant. Le soucis du TIC TOX : il n’est pas hydrosoluble. Il est mal assimilé par l’organisme. Il est composé de 9 huiles essentielles. Pris sur une longue durée, le corps s’intoxique et fait un rejet des HE. Le traitement perd alors de son efficacité, d’où le traitement longue durée.
    • L’aromatic (labo JEMA) : l’aromatic est le seul traitement naturel a être homologué. Il est donc certifié non toxique et sa composition est réglementée/certifiée. L’aromatic agit sur Lyme beaucoup plus rapidement et efficacement. Le protocole – allie drainant, désacidifiant, aromatic à dose progressive – adapté à chacun. Le traitement dure 6 mois. Un bilan sanguin et clinique est fait pour voir si le traitement a été efficace. Si oui (90% des cas), un traitement de stabilisation annonce l’arrêt des traitements.
    • En parallèle à ces traitements allopathique ou homéopathique :
      • une bonne hygiène de vie : sommeil équilibré, alimentation hypo toxique et saine (le régime seignelet aide de nombreuses personnes), gérer le stress (relaxologie, sophrologie, yoga). Il est important d’avoir un bon système immunitaire afin de ne pas laisser les borrélia (assimilées à un parasite) s’activer et prendre le dessus. Le manque de sommeil, une mauvaise alimentation, un mode de vie désordonné, créent un stress à votre organisme. Un stress physique ou psychologique abaisse les défenses immunitaires.

———————————

EDIT fin 2011 Personnellement, nous avons débuté par le Tic Tox 2 (moi : 5 mois, ma fille : 4 mois, mon ex-mari : 3 mois). Puis nous avons rencontré plusieurs personnes qui prenaient l’aromatic et en étaient contentes. Nous avons alors rencontré le médecin créateur de l’aromatic, et nous suivons le protocole aromatic. Aucun de nous 3 n’a encore les symptômes listés ci dessus de Lyme. Moi il me reste juste des granulome annulaire, que certains médecins disent liés à Lyme et d’autres non… Nous devrons refaire des examens sanguins en fin de traitement et voir ensuite.

Le tic tox a été très efficace, puisque nos troubles avaient disparu, mais par contre nos examens sanguins avaient explosé : on avait quasi doublé en points au western blot. Le labo et le médecin nous ont dit que c’était normal : le traitement agissait, on refaisait des défenses d’où l’explosion. En même temps, on avait moins de bandes positives, mais des bandes avec des valeurs plus élevées, en fait. Nous ne supportions plus le tic tox, surtout moi : mal d’estomac +++ et spasmes estomac, vésicule biliaire, intestin. Eva et moi avions des nausées quand on le prenait. Plusieurs personnes autour de nous sous tic tox avaient les mêmes soucis. Le Dr m’a dit qu’il était préférable de prendre le tic tox sur du pain et non avec de l’eau. Avec l’aromatic nous n’avons aucun trouble particulier.

EDIT DU 3 AVRIL 2013 : Ma fille et moi sommes redevenues négatives avec un lyme inactif à l’état de trace…

———————————-

Voici les liens que j’ai imprimé au début pour mon doc et à faire tourner :
La maladie de Lyme – orpha.net

Le Dr Nord organise régulièrement des symposium sur Lyme auprès des thérapeutes.

Des forums :

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *