Le cododo ou dormir avec son (ses) enfant(s)

 

De tous temps les enfants ont dormi avec leur parent et encore aujourd’hui, une majorité dans le monde dort avec ses enfants.

Un bébé est immature et vulnérable. En regardant ma fille, sentant son petit corps fragile et frêle contre moi… je me demandais « comment laissez dormir seul un bébé, il est si fragile ? ».

Au moindre problème, je le sais, je le sens : sa température corporelle qui monte en cas de fièvre, une toux, un vomissement, un cauchemar…. Je peux la veiller tout en dormant d’une oreille, d’un œil, la main posée sur son ventre ou main dans la main. Instinctivement, la nuit, je vérifie si elle va bien, dans mon sommeil. Est elle assez ou trop couverte ? A t’elle froid ou chaud ? J’entends sa respiration régulière et apaisée. D’ailleurs des études ont montrée que les respirations des personnes dormant ensemble se mettent au même ryhtme et que de fait bébé fait moins d’apnée du sommeil. La respiration des proches entraînant la sienne. J’ai remarqué à plusieurs reprises que quand ma fille bloque sa respiration, si je fais une grande inspire, elle fait de même…

L’allaitement est favorisé : ni mon enfant, ni moi n’avons besoin de nous réveiller pour la tétée. L’enfant, instinctivement trouve le sein, et maman tout aussi instinctivement le tend vers son enfant. L’enfant n’a pas besoin de pleurer pour appeler… ni de se résigner si personne ne vient ou n’entend… Aussi, les tétées nocturnes sont importantes pour maintenir l’allaitement.

Ses besoins de contact physique, de sécurité physique et affective sont comblés. Il peut dormir en toute quiétude. On sait maintenant, grâce aux neurosciences, les effets délétères de l’apprentissage au sommeil seul (troubles du sommeil à l’âge adulte). Et non, l’enfant n’est pas aliéné à ses parents. Bien au contraire, un enfant sera d’autant plus autonome que ses besoins de sécurité auront été comblés ! Pour aller sans crainte vers l’extérieur, nous avons besoin d’une sécurité intérieure. L’enfant demande un jour, petit à petit ou d’un coup, à dormir dans son lit, dans sa chambre.

Nos nuits sont sereines. Un enfant qui dort avec ses parents pleure très peu la nuit, voir pas du tout. Les parents n’ont pas à se lever etc. Les parents sont alors plus reposés.

Les risques de mort subites du nourrisson sont diminuées.

 

Des règles de sécurité sont à respecter :

Pas de lit en hauteur où une configuration ou le bébé ne peut pas tomber

Une configuration où le bébé ne peut pas se trouver coincer entre deux matelas ou entre un mur et le matelas.

Pas de prise de drogue, alcool, médicaments favorisant le sommeil pour les parents, qui alors ne sont plus instinctivement vigilant à leur enfant.

***

Avant la naissance de mon aînée, j’étais contre l’idée de dormir avec mon enfant. « Le lit du parent, c’est sacré !! ». J’avais de longues discussions avec ma voisine qui a toujours dormi avec ses enfants (et son mari ;)). Elle était persuadée que le jour où je serai maman, j’en ferai de même, sentant l’instinct maternel en moi…

Et elle avait raison !! A 5 mois de grossesse, c’était décidé : elle dormirait avec nous, dans le lit familial ! Mes recherches durant ma grossesse sur la psychologie de l’enfant, ses besoins physiologiques et affectifs, l’instinct maternel se développant grâce aux hormones (et encore plus à sa naissance avec l’allaitement, le peau à peau etc qui permettent de tisser un lien si fort), nous ont amené à dormir avec notre fille. D’ailleurs à la maternité où mon aînée a vu le monde, ils encourageaient au cododo !

Chez nous, j’ai toujours eu un grand matelas de 1 mètre 80 sur 2 mètres. Matelas posé au sol dans un angle de mur. Matelas bien lourd qui ne bouge pas sur le sol. Mes enfants ont toujours dormi vers le mur, puis moi, puis mon compagnon.

A la naissance de ma 2ème, mon aînée qui spontanément ne dormait plus avec nous depuis un an, a voulu revenir un peu avec nous tous (logique !). Nous avons alors posés au sol notre matelas de 1,8 m * 2m jumelé à un de 1,4m*2m. Les deux matelas ensemble faisaient la largeur de la chambre en forçant un peu. Ils ne risquaient pas de bouger et quel plaisir d’avoir ce big grand lit !!! Et ma grande était ravie d’avoir sa petite soeur entre elle et moi ou de dormir près de son papa, parfois. Les histoires tous ensemble dans le lit le soir étaient aussi un vrai régal.

Et oui, le couple a toujours une vie sexuelle : un peu d’imagination et de créativité pour faire l’amour autre part que dans le lit familial, puis quand bébé est tout petit, dort profondément, tout en douceur, faire l’amour dans le lit est possible.

J’ai toujours souris à la question « ah mais t’as pas peur qu’elle se réveille, vous entende et vous vois ?? » avec cet air puritain que certain(e)s sont très doué(e)s à afficher… A quoi je réponds « Heuuu quand tu es dans ta chambre, sans ton enfant, tu penses qu’il ne t’entend pas, peut-être ?? Et au contraire, il entend des bruits qu’il ne comprend pas. Fonction de son âge et connaissance, il peut en avoir peur, et comme tu ne sais pas qu’il est réveillé, tu continues. Moi au moins, je sais qu’il va se réveiller avant même qu’il se réveille (à la respiration qui change, des petits mouvements, des claquements de langue qui annonce un désir de tétée… ) et alors nous pouvons cesser pour reprendre après une nouvelle phase de sommeil profond. »

Puis le sexe fait partie de la vie. Pourquoi en faire tabou avec ses enfants (sans bien sûr imposer sa sexualité à l’enfant, hein !). Ma grande dit parfois nous entendre, et pourtant elle dort dans sa chambre, elle !! On en parle, on en rigole. C’est l’occasion de parler sexualité, respect, consentement etc.

Quand je me suis séparée du papa de mes filles, je me suis demandée comment le cododo se passerait le jour où je rencontrerai un nouveau compagnon. L’accepterait il ? Comment mon enfant le vivra ? et Moi ? Il a de suite adhéré au cododo. Il trouvait logique qu’un enfant dorme avec ses parents tant qu’il en a besoin. Puis, il avait de la joie de voir ma petite s’endormir avec nous. Et elle était aux anges de le voir près de nous le matin au réveil 🙂 Le matin, quand je me lève, elle vient alors se blottir contre lui, et parfois je les regarde dormir bras dans les bras <3

Quand ma petite dort chez son papa, je suis heureuse de savoir qu’elle dort avec lui si elle le désire même en présence de sa nouvelle compagne (maman de deux enfants, maternante, bienveillante et non violente)

Enceinte de bébé #3 la question ne se pose même pas : Oui nous dormirons avec !! Et oui ma #2 dormira toujours avec nous si elle le désire. Nous réfléchissons déjà à l’organisation de la chambre familiale 😉

Un peu d’humour 🙂 (clique !)

Et des liens pour s’informer, réfléchir :

Des documents à télécharger :

 

Laisser un commentaire